Le pas collectif de l'hélico

Paré pour le premier cours ?

Alors on va commencer par un peu de blabla

Les deux rotors de l'hélicoptère "normal" (**) :


Le rotor principal tourne dans le plan horizontal, mû par le moteur (à pistons ou à turbine(s)) de l'hélico.

Chaque pale de ce rotor est l'équivalent d'une petite aile d'avion. Plus l'hélicoptère est gros et lourd, plus les pales sont importantes, tant en largeur qu'en longueur, à l'image des avions.
Au lieu de fournir de la portance par l'avancement de l'aile d'avion dans l'air, la pale en apporte par son mouvement propre dans l'air.

Selon le principe bien connu d'action/réaction (pousse un truc dans un sens, et c'est toi qui pars dans l'autre) la seule raison pour laquelle le rotor tourne plus vite dans un sens que l'hélico dans l'autre est dû au fait que ce dernier est plus "lourd" que le rotor. Mais cela ne l'empêche pas complètement de tourner aussi, mais en sens inverse du rotor !

C'est pour contrer ce mouvement de rotation lente de l'hélico qu'on l'a doté d'un rotor de queue, appelé aussi "rotor anti-couple".

En plus, c'est bien pratique car si on fait accélérer ou ralentir ce rotor de queue, l'hélicoptère va tourner sur lui-même vers la gauche ou vers la droite.
Comment qu'on fait ça ? C'est le plus facile ! Avec le palonnier qui généralement ne fait pas grand'chose d'autre que d'accélérer ou ralentir le rotor de queue.
... ne pas essayer en étant au sol



Les mouvements du rotor principal et de ses pales :


Pour simplifier, nous dirons que ce n'est pas la vitesse de rotation du rotor qui fait que l'hélico monte ou descend, car (toujours pour simplifier) il tourne à vitesse constante !

Pour faire monter ou descendre l'hélicoptère, on fait varier le "pas" des pales, c'est-à-dire leur inclinaison (ou incidence) par rapport à l'horizontale.

Regardons une de nos pales de profil :

Incidence faible ou nulle : la portance est inférieure au poids, on descend,



Incidence plus forte : la portance est supérieure au poids, on monte.

Note : Les illustrations ci-dessus exagèrent l'angle d'attaque de la pale. Une incidence de 0° donne déjà une faible portance, l'incidence moyenne en vol stationnaire (sans montée ni descente) est en général de l'ordre de 5° à 6° et l'incidence maximale en montée rapide est de l'ordre de 10°.

Nous avons un moyen de modifier d'un même mouvement le pas (l'incidence) de toutes les pales, c'est ce qu'on appelle le PAS COLLECTIF (collectif car il affecte toutes les pales au même moment).

Dans FS, le pas collectif est commandé par la manette des gaz.

Dans la réalité, le pas collectif est commandé par un manche horizontal à gauche du pilote (qui prend normalement le siège de droite dans un hélico), et il suffit de tirer ce manche vers le haut pour faire monter l'appareil ou de le descendre pour faire l'inverse. Dans FS, c'est moins intuitif ... question d'habitude.

C'est donc le premier réflexe à perdre en venant de l'avion :

La manette des gaz ne fais pas aller ton hélico plus vite ou moins vite,

elle le fait monter ou descendre !

(du moins lorsqu'il est en position horizontale)

Tiens, encore un truc : Si tu as de la peine à utiliser ta commande des gaz avec une précision suffisante, tu peux aussi utiliser les touches du clavier : F3 pour augmenter le pas collectif, F2 pour le diminuer. Il suffit alors d'une ou deux petites frappes sur ces touches pour régler très précisément ton pas collectif.

(**) Certains fabricants ont trouvé d'autres moyens que le rotor de queue pour compenser le couple :
  • utilisation d'une soufflerie orientable à l'arrière,
  • utilisation de deux buses latérales à l'arrière également,
  • utilisation de deux rotors principaux tournant en sens inverse l'un de l'autre, le couple du premier étant annulé par le couple de l'autre,
  • propulsion du rotor principal non pas par son axe relié au moteur mais par des buses en extrémité des pales qui rejettent de l'air comprimé vers l'arrière de la pale afin de la faire avancer (ce qui ne génère pas de couple sur l'appareil),
  • etc ...
Il y a plusieurs intérêts à se passer de rotor de queue. Pour n'en citer que quelques-unes :
  • Possibilité de se poser dans des "broussailles" (militaire) sans faire de dégâts à l'appareil,
  • Mécanique plus simple (moins de tringlerie) dans le cas d'une soufflerie ou de buses,
  • Possibilité de construire des hélicos plus compacts (sans queue) lorsqu'il n'y a pas de couple à compenser (double rotor ou propulsion par buses)

Et on passe à la 1ère leçon pratique !
LE PAS COLLECTIF

Tu t'installes derrière ton hélico (voir plus haut) et tu mets en marche les moteurs.

La procédure de mise en marche - selon l'hélico - est parfois relativement complexe. Ne te prends pas la tête pour le moment, si tu ne parviens pas à le mettre en marche, fais comme moi :
  • Tu charge ton avion préféré
  • Tu le mets en marche comme tu as l'habitude de le faire
  • Tu reprends le Dauphin, le tour est joué !
Ton écran doit ressembler à celui-ci (sauf que ton hélico est au sol),
Note la ligne rouge en haut qui te servira de tableau de bord


Bon ! On y va ! Le but de cette première leçon est de savoir jouer avec le pas collectif

Avec un hélico : TOUTES les commandes doivent être manipulées avec beaucoup de précaution et de doigté. Euh ... tu auras bien sûr choisi un tarmac pas trop peuplé ...

  • Alors très lentement, tu vas augmenter progressivement les gaz SANS RIEN TOUCHER D'AUTRE ! Tu devras peut-être les pousser jusqu'aux deux tiers avant que ton hélico ne commence à frémir


    Mais ne le regarde pas comme ceci, reste derrière !

  • Et AUSSITÔT que ça commence à monter, reviens un peu en arrière avec les gaz pour essayer de maintenir une altitude entre 30 centimètres et 1 mètre du sol !
    Si ça monte trop, retire un tout petit peu de gaz, si ça descend trop, ajoute un petit peu de gaz.


  • Habitue-toi à bien voir l'effet de tes impulsions sur le comportement de l'hélico.

  • Après quelques secondes, il est possible que ton hélicoptère commence à reculer : C'EST PAS BON !
    Dans ce cas, pousse DOUCEMENT ton manche vers l'avant, n'avance surtout pas trop vite, maintiens-le entre zéro et cinq noeuds (regarde la ligne rouge en haut de l'écran : "KIAS"


    Essaie de rester sur le tarmac, sinon tu auras de la poussière !

  • Surtout avance à la vitesse de l'escargot et paie-toi le luxe de te poser (volontairement) de temps en temps !

  • Pour te poser, tu remarqueras assez vite qu'il ne faut pas simplement couper les gaz ... Si tu fais ça, tu va casser ton train d'atterrissage et ça va mal finir !
    En effet, il faut d'abord réduire un petit peu le pas collectif (=diminuer les gaz) pour entammer le mouvement vers le bas puis, peu avant de toucher le sol, tu vas remettre un peu de gaz pour ralentir la descente. Sinon : crac !

  • Et puisque tu sais comment manipuler le rotor de queue, utilise ton palonnier DOUCEMENT !

Chouette non ???

Contributions (qui n'engagent que leurs auteurs)

Pour pouvoir déposer ta contribution, identifies-toi
© 2006-2014 Jacky Brouze, imprimé le 21.10.18 à 19:42 à partir de http://jacky.brouze.ch/Tutos/Helico/cours1.php